THÉORÈME DU SILENCE

 

La ballerine se frotte à la musique
dans l’espace effrayé à hauteur du pied
la ballerine se décompose sur le public
comme un vieux parchemin
clé et tension moribonde sans paix
c’est moi la ballerine
traductrice de la densité
qui répand la langue de la nuit

Zoé Valdés, Compartiment fumeurs, Actes Sud Littérature, Hors collection, Traduit de l’espagnol (Cuba) par Claude Bleton, 1999.

Hasta siempre
N. Cardone

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.