Aller au contenu

[La parole attise les flammes] William Carlos Williams

 

 

Le feu brûle ; c’est la première loi.
Quand le vent l’attise, ses flammes

s’étendent alentour. La parole
attise les flammes. Tout a été combiné

pour qu’écrire vous
consume, et pas seulement de l’intérieur.

En soi, écrire n’est rien ; se mettre
en condition d’écrire (c’est là

qu’on est possédé) équivaut à résoudre 90%
du problème : par la séduction

ou à la force des bras. L’écriture
devrait nous délivrer, nous

délivrer de ce qui, tandis
que nous progressons, devient — un feu,

un feu destructeur. Car l’écriture
vous agresse aussi, et il faut

trouver le moyen de la neutraliser — si possible
à la racine. C’est pourquoi,

pour écrire, faut-il avant tout (à 90%)
vivre.

William Carlos Williams, Paterson, Traduction d’Yves di Manno, Collection Poésie américaine, Éditions José Corti, 2005, Livre III, p.123.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.