Tristia et autres poèmes

à Favorski,

Et le graveur était déjà parmi la foule,
Songeur, barbu, ami des plaques résineuses de cuivre
Que l’oxyde trois fois cruel baigne d’oblique lumière,
Et sous la cire resplendit le poli de la vérité.

Comme si c’était moi, suspendu à mes propres cils,
Dans l’air peuplé, comme d’innombrables ailes, des peintures
De ces maîtres qui ont planté dans les visages
L’ordre du regard et le rite de la multitude.

Ossip Mandelstam, Tristia et autres poèmes, Choisis et traduits du russe par François Kerel, 2010, Poésie/Gallimard, p. 177.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.