Le coeur

 

Une chose                            comme une cerise
au détour d’un chemin
Une chose                            comme une cerise
Je l’ai saisie                         mes doigts ont tressailli
Une chose                              comme une cerise
Rouge, délicate, étincelante dans le soleil
Une chose                             seulement comme une cerise
Je l’ai roulée dans ma bouche
goût d’herbes sauvages
grains de blé, miettes de pain trempé
petits œufs cendrés trop âgés pour éclore
Une chose                            comme une cerise

J’y ai planté les dents
le ciel s’est empli
des sanglots d’un oiseau

 

 

1976, Ô temps étroit…Ô vaste terre…(1978)

Nazîh Abou Afach, Ô temps étroit…Ô vaste terre…, poèmes de Nazîh Abou Afach, Traduits de l’arabe ( Syrie ) par Claude Krul, Éditions Alidades, Collection Création, 2002, p.5.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.