Estelle Ceccarini | Lumières des jours

 

 

 

 

Le petit qui viendra,
nous l’abreuverons de lait d’amande
et nous noierons ses pleurs du miel du grand figuier
puis,
dans le soleil de juin et l’ombre bleue des oliviers,
nous le bercerons du tambour des cigales,
pour qu’il s’endorme
contre le poil clair des chevaux libres.

 

Estelle Ceccarini, Lumières des jours (Trelus di jour ), Version française de l’auteur, Éditions L’aucèu libre, 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.