Yannis Ritsos | Il posa sa main sur la page


**

*

 

Il posa sa main sur la page
pour ne pas voir la feuille blanche.
Et il vit dessus sa main nue. Alors
il ferma aussi les deux yeux, et entendit
monter en lui, ensevelie,
la ténébreuse, l’indescriptible blancheur.

Léros, 10.XI.67.

Yannis Ritsos, Le mur dans le miroir et autres poèmes, Présentation, choix et traduction de Dominique Grandmont, Poésie/Gallimard, 2006, p 54.

*

**

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.