N’enterrez pas l’ancêtre
Tant de fois abattu
Laissez-le renouer la trame de son massacre
Il ne renonce pas
À déserter son ombre
L’orphelin de Grenade
Mûri en étranger
Ni à faire éclater son cœur entre nos dents
N’enterrez pas l’ancêtre tant de fois abattu
Le cavalier qui gronde et sourit dans son gouffre
Après nous il galope
Rouge et noir jour et nuit
En un renversement amer et lumineux

N’enterrez pas l’ancêtre
Sauvagement abattu
Il ne renonce pas à la lumière
(…)

Yacine Kateb, Poésie algérienne, Anthologie, Quand la nuit se brise, Dirigée et présentée par Abdelmadjid Kaouah, Points/Poésie, 2012, p.224.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.