Senza più peso — Sans plus de poids

 

Pour un Dieu qui rirait comme un enfant,
Tant de cris de moineaux,
Tant de danses dans les branches,

Une âme se délivre de son poids,
Les près gagnent une telle tendresse,
une telle pudeur parmi les yeux revit,

Les mains, comme des feuilles
Dans l’air, qui s’enchantent…

Qui tremble encore, qui juge ?

 

Giuseppe Ungaretti, Vie d’un homme, Poésie 1914-1970, Préface de Philippe Jaccottet, Poésie/Gallimard, 2005, p. 203.

 

*

Giuseppe_Ungaretti-In_compagnia_di_Giuseppe_Ungare

Senza più peso, poème dit par Ungaretti
 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.