Les montagnes

D’abord il y eut la mer.
Je suis né entouré d’îles
Je suis une île surgie le temps de voir
La lumière, dure comme la pierre
Puis sombrer.
Les montagnes sont venues après.
Je les ai choisies.
Il fallait bien que je partage un peu le poids
Écrasant ce pays depuis des siècles.

Mai 1968

Titos Patrîkios, in Anthologie de la poésie grecque contemporaine (1945-2000), Choix et traduction de Michel Volkovitch, préface de Jacques Lacarrière, Poésie/Gallimard, 2007, p 132

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.