L’OISEAU

L’oiseau se tenait prêt
au bord du chemin, il attendait.

L’oiseau était miraculeux.
Son envergure immense
était oubli.
Le rythme des battements de son coeur
était mien.

Ensemble nous voguâmes
dans l’inconnu.
Sans questions.
Sans chagrin.

Tarjei Vesaas, Vie auprès du courant, Traduction du nynorsk par Céline Romand-Monnier, avec la complicité de Guri Vesaas et Olivier Gallon, Postface « Mots pour vie » d’Olivier Gallon, La Barque, 2016, p.32.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.