On ne vit qu’une fois, une seule

On ne vit qu’une fois, une seule
La jeunesse ne brûle qu’une fois
Comme la lune dans son pays natal
Je veux vivre vivre vivre
Jusqu’à la peur, jusqu’au mal
Fusse comme un détrousseur, un chercheur d’or
Ne fusse que pour voir comment
Les souris dans les champs dansent de joie
Pour entendre comment
Dans les puits les grenouilles
Chantent de volupté
Comme la fleur du pommier jaillit mon âme blanche
Le vent soufflant sur mes yeux
En fait deux flammes bleues
Pour Dieu, apprenez-moi
N’importe quoi, je le ferai
Pour chanter dans un jardin humain

Sergueï Essenine, Confession d’un voyou, Traduction de Marie Miloslawski et Franz Hellens, Editions L’âge d’homme in Livret du disque « Prucnal concert 88 ».

On ne vit qu’une fois, une seule
Auteur : Sergueï Essenine
Récitante : Anna Prucnal

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.