Roberto Bolaño | Les chiens romantiques

 

 

 

Les Chiens romantiques
(Bêtes fantastiques Marc Chagall)

Photographie S.-E.S.2019

 

Les chiens romantiques

En ce temps-là j’avais vingt ans
et j’étais fou.
J’avais perdu un pays
mais j’avais gagné un rêve.
Et si j’avais ce rêve
le reste était sans importance.
Travailler ou prier
ou étudier à l’aube
auprès des chiens romantiques.
Et le rêve vivait dans le vide de mon esprit.
Une chambre en bois,
dans la pénombre,
dans l’un des poumons du tropique.
Et parfois je retournais en moi
et je rendais visite au rêve : statue qui s’éternise
en des pensées liquides,
un ver blanc qui se tord
dans l’amour.
Un amour le mors aux dents.
Un rêve dans un autre rêve.
Et le cauchemar me disait : tu grandiras.
Tu t’éloigneras des images de la douleur et du labyrinthe
et tu oublieras.
Mais en ce temps-là grandir aurait été un crime.
Je suis ici, ai-je dit, avec les chiens romantiques
et c’est ici que je vais rester.

Roberto Bolaño, Les chiens romantiques, Poèmes 1980-1998, traduit par Roberto Amutio, Éditions Christian Bourgois, 2012.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.