Rabindranath Tagore | L’arbre


**

*

L’initial (Extrait)

La pulsion première de la vie
palpite dans la moelle des figuiers,
ses harmoniques insonores vibrent
nuit et jour au fond du ciel —
et mes veines jusque dans les fibres
résonnent d’elle ;

et dans les profondeurs du conscient
une danse se compose
de figures invisibles
au chant du feuillage susurrant.

Volubiles sont ces arbres, ces plantes
en feuilles et en fleurs —
au fond de l’abysse de silence
où le verbe est roi,

au travers des terres et des eaux
silencieux
j’écoute la respiration première
sacrée,
j’entends la muette rumeur
de la pensée enfouie.

Dans cet univers orphelin de parole
qui s’étend de la poussière terrestre
aux confins stellaires
je prends place
les yeux ouverts emplis d’un chant
sans sonorité.

Rabindranath Tagore, L’écrin vert, Traduit du bengali par Saraju Gita Banerjee, Gallimard, Connaissance de l’Orient, 2008, p 64/65.

**

*

La robe et l’échelle
Auteur, compositeur, interprète : Francis Cabrel

**

*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.