Qu’est-ce qu’il marmonne çui-ci-là ? | Le Monologue d’Adramélech

 

 

Tranche, allez, hoche, parle, travers la bouche, lance-nous d’un mot fièrement lapé, un bon sifflet qu’il nous ébranle ; de ton hochet vas-tu languer et percer l’air, réponds ou siffle, satané chant, vibre ! Qu’est-ce que tu veux que je réponde ? Veux plus répondre quand on m’appelle.
Silence, votre voix empêche d’avancer les travaux ! Silence, vos travaux empêchent d’avancer le vol vocasson de mes voxes ! Silence, Abliblalech, ton babillage m’empêche de te compter les pas ! C’est le globe entier qui sombre à toute allure ! Épargne à nos oreilles tes jets stupides ! Qu’est-ce qu’il marmonne çui-ci-là, qu’est-ce qu’il bronche ? Rien. Rouspète, gueule agitée. Je ne rouspète pas mais je lance ma clameur géante du trou du bord. Hmmmm, hmmmm, croyez-pas qu’il va mordre ? Ça télégraphe, ça télégraphe ! Veux pas mordre, veux juste dire. Six cent quatre-vingt-dix mille billiards de milliards de trillions de billions ! Veux pas mordre, veux juste dire.

Valère Novarina, Le Monologue d’Adramélech, P.O.L., 2009, pp.9/10.

Qui c’est celui-là ?
Auteur, compositeur : Chico Buarque
Interprète : Pierre Vassiliu

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.