Oktay Rifat | Du pain et des étoiles

 

 

 

 

Du pain et des étoiles

 

Du pain sur les genoux
Les étoiles au loin, très loin.
Je mange du pain en regardant les étoiles.
Je suis si absorbé, ô oui, tellement
Que parfois je me trompe, au lieu de pain
Je mange les étoiles.

 

Oktay Rifat, Anthologie de la poésie turque contemporaine, J’ai vu la mer, Choix, présentation et traduction Michèle Aquien, Pierre Chuvin et Güzin Dino avec Enis Batur et Elif Deniz, Dessins Abidin Dino, Bleu Autour, 2009, p. 92.

 

 

 

 

2 réflexions sur « Oktay Rifat | Du pain et des étoiles »

  1. Claudine enidualc dit :

    très joli poème. mais correction obligatoire :
    je suis si absorbé, oh, oui, tellement…

    et non « ô oui » car on est dans l’exclamation et non dans l’invocation, ou l’interjection !

    1. Bonjour
      Je viens de vérifier dans l’anthologie de ma bibliothèque, et ma retranscription est fidèle en tous points.
      Les traducteurs en ont bien décidé ainsi, et pourquoi pas après tout ? Oui, justement elle, l’invocation…? Sans aucun doute, les poètes traducteurs ont opté à dessein. Quoi qu’il en soit, merci pour la qualité de votre attention.
      Sylvie Saliceti

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.