Les yeux fermés, parle de l’intérieur.

Trouve des mots
Qui soient des portes
derrière lesquelles

on écoute la mer raconter une histoire,

de ces portes qu’on pousse
au-dedans de soi.
À l’indicible source

puise des mots infusés de printemps

dédiés
à ce qu’il y a de plus frais
en chacun.

Garde la page inapaisée.

Gilles Baudry, Nulle autre lampe que la voix, Éditions Rougerie, 2015, p.6.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.