Nicolas Bouvier | Les grenades ouvertes


**

*

 
Novembre

Les grenades ouvertes qui saignent
sous une mince et pure couche de neige
le bleu des mosquées sous la neige
les camions rouillés sous la neige
le pintades blanches plus blanches encore
les longs murs roux
les voix perdues
cheminent à tâtons sous la neige
toute la ville, jusqu’à l’énorme citadelle
s’envole dans le ciel moucheté

Tabriz, 1953

Nicolas Bouvier, La poésie en Suisse romande depuis Blaise Cendrars, Préface de Bruno Doucey, présentation par Marion Graf et José-Flore Tappy, Anthologie Seghers, 2005, p.186.
 

*

**

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.