Ce n’est pas un coeur, bon sang, mais une sandale de peau de buffle,
qui marche sans cesse, marche,
sans se déchirer
qui avance sur les cailloux des routes.
Un bateau passe devant Varna.
« Oî les fils d’argent de la Mer Noire ! »
Un bateau s’en va vers le Bosphore.
Nâzim tout doucement caresse le bateau

et s’y brûle les mains…

Nâzim Hikmet, Il neige dans la nuit et autres poèmes, Préface de Claude Roy, Choix et traduction du turc par Munevver Andac et Guzine Dino, Poésie/Gallimard, 2008, p129

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.