L’OEIL DE L’OREILLE

L’histoire que nous raconte
la musique va et vient
change un détail puis ajoute
un épisode oublié
qui était l’explication
de tout le reste renoue
le fil et trouve la voie
Le paysage que peint
la musique se transforme
au fil et au gré du temps
heures et saisons climats
la pluie s’arrête soudain
l’arc-en-ciel sur les cascades annonce
l’entrée des mines

Le voyage où nous embarque
la musique prend essor
sur un fleuve dont les berges s’écartent
de plus en plus avec des radeaux de branches
où les oiseaux se répondent
en approchant de la mer
Le visage que nous trace
la musique ouvre des yeux
sur un continent nouveau
où nous cherchons à le suivre
parmi murmures et bruits
chevelures et sourires
dans la surprise et l’émoi

Le miroir que nous propose
la musique se fissure
étoilements de fureurs
se recouvre de fumées qu’elle dissipe
à l’appel des anciens et des prochains
qu’elle fait parler pour nous
La pensée que nous suggère
la musique cherche un mot
qui permettrait de nous dire ce qu’on avait entrevu
nous avions cru le saisir
il se dérobe et nous laisse
pantois dans l’obscurité

La lumière que diffuse
la musique s’insinue
dans les gouffres qu’on croyait leur être
les plus hostiles
dans désespoirs et tortures nous révélant
un envers d’échelons pour nous sauver

Michel Butor, Livret accompagnant le disque «le long de la plage».

L’oeil de l’oreille
Auteur et récitant : Michel Butor
Compositeur et pianiste : Marc Copland

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.