Mahmoud Darwich | Entretiens sur la poésie


**

*

Entretiens sur la poésie

(…) certains poètes se complaisent dans l’isolement et cherchent à couper les ponts avec le public, alors que nulle évolution « naturelle » de leurs textes ne justifient une telle attitude.
Il est des poètes qui croient grandir en s’isolant du public. Or le public ne veut pas d’une poésie qui le méprise. Le poète, encore une fois, n’est pas seul au monde. Il est l’un des sommets du « triangle » poétique, les deux autres étant la langue, qui s’impose au poète, et le lecteur sans lequel l’acte créateur ne se réalise pas complètement. Pour qu’il aboutisse, cet acte exige une certaine relation entre le poète et le lecteur.

Mahmoud Darwich, Entretiens sur la poésie, avec Abdo Wazen et Abbas Beydoun, Traduit de l’arabe (Palestine) par Farouk Mardam-Bey, Actes Sud, 2006, p 47

*

**

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.