Le chef-d’oeuvre monstrueux | Yannis Ritsos


 

 

au loin la fumée des navires la Crète silhouettée l’azur & l’autre azur
ancres mouettes foc au mât le cap Malée calebasses mordorées
acétylènes étoiles pharillons les grosses pieuvres les rougets les noyés avec
la montre au poignet
cris depuis la Citadelle nuits avec les fantômes les antiques assiegés les
hiboux
& un marteau dans la gueule du chien & un cahier oublié sur la pierre

& que dire des Jeudis Saints au Christ-aux-Liens avec lentes cloches
marines & fleurs d’oranger
en ce jour est suspendu au bois Celui qui suspendit la terre au-dessus des
eaux & les sirènes
qui arrêtent les navires en haute mer & s’enquièrent d’Alexandre le Grand
parmi les phoques

ô comme fourmillent étoiles & asticots sur la peau du monde ( comme
dirait Kazantzakis)
veillées solennelles de la Madone de Chrysapha les yeux enfumés à
attendre la Comète

Yannis Ritsos, Le chef-d’oeuvre monstrueux, Mémoires d’un homme tranquille qui ne savait rien, Édition bilingue, Traduction et notes Pascal Neveu, postface Dominique Grandmont, Ypsilon.éditeur, 2017, pp. 24 à 27.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.