Jean Sénac | Jette à la mer tes sandales

 

Né en 1926, à Beni Saf (Algérie), assassiné dans la nuit du 29 au 30 août 1973, à Alger, dans sa cave de la rue Elisée-Reclus, Jean Sénac a laissé une œuvre dont les conditions de publication n’ont pas permis jusqu’à présent d’apprécier toute l’importance. En rassemblant les textes poétiques de Jean Sénac à ce jour publiés, le présent ouvrage voudrait enfin proposer un véritable accès à une œuvre de première force dont il importe de saluer la nécessité et les éblouissements.

Jette à la mer tes sandales de mort !

Un poisson pétille,
Un oursin violet
Sur le sable pille
Toute la clarté.
Regarde, au fond brille
L’algue, le fer et
La vie – e !

Tu jettes dans la mer tes sandales de mort.
Tu sautes, âme folle,
Tu es heureuse,
Tu n’as pas de contrôle,
Tu…
Oui, tu es belle

Comme la Longue Marche !
Comme la victoire du Viêt-nam !
Comme une peinture de Khadda,

Un relief de Martinez,
« L’Arabie Heureuse » de Baya,
Toutes les couleurs de Zérarti.

Comme une aquarelle d’Aksouh,

Un paysage de Maisonseul,

Le Noûn de Benanteur et l’Alif d’un hibou.

Jean Sénac, Oeuvres poétiques, Préface de René Ceccatty, Postface de Hamid Nacer-Khodja, Bibliographie revue et augmentée, Actes Sud, 2019, pp. 423-424.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.