Jacques Prévert par Lambert Wilson | Les enfants qui s’aiment


**
*

Seconde chanson du long métrage de Marcel Carné « Les Portes de la nuit », Les enfants qui s’aiment initialement est chantée par Fabien Loris dans le film. Elle fut reprise par Montand, par Juliette Gréco, interprétée aussi sur le plateau d’un soir dans un duo Mouloudji /Yves Simon. À ma connaissance, elle n’a pas fait l’objet de reprise récente. C’est une énigme, tant son intemporalité relève de l’évidence.

Avis aux producteurs, aux interprètes : je les aiderai à résoudre la question des droits d’auteur (si la raison de  cet oubli se trouve là, ce que l’on subodore). Il s’agit donc d’une proposition de les assister simplement pour le plaisir subjectif d’entendre cette chanson dans une version actuelle.

Émettons à cet égard quelques idées, plutôt dans le sens d’un duo. Ce ne sont là que des propositions, mais l’on imagine très bien une interprétation Bénabar / Charlotte Gainsbourg, ou Mélanie Dahan / Émily Loizeau, ou plus rocailleuse : Balbino / Luce Dufault. Et puis Sapho. Les idées ne manquent pas.

On les aurait presque oublier : les Têtes Raides … bien sûr, cette chanson est faite aussi pour le palais de Christian Olivier.

 Croyez-moi si vous voulez : celui qui osera inondera les ondes.

Sylvie-E. Saliceti

**
*

J’écrivais les quelques lignes ci-dessus le 11 novembre 2015. Depuis, Lambert Wilson a rendu justice à la chanson de Prévert et Kosma, dans la belle version que voici :

lambert_wilson-wilson_chante_montand

Les enfants qui s’aiment
Auteur : Jacques Prévert
Compositeur : Joseph Kosma
Interprète : Lambert Wilson

**
*

LES ENFANTS QUI S’AIMENT

Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s’aiment
Ne sont là pour personne
Et c’est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie
Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour.

Jacques Prévert

**

*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.