Poèmes 1957-1961
[ Myriam ]

Ta sombre chevelure, où l’as-tu prise,
ton nom si doux aux sons d’amande ? Cet éclat
matinal, tu ne le dois pas à la jeunesse,
ton pays est matin depuis mille ans déjà.

Promets-nous Jéricho, réveille le psalmiste,
que de ta main coule la source du Jourdain,
et trouve dans l’instant ta seconde partie,
fais que les meurtriers soient pétrifiés soudain !

Touche les coeurs de marbre et le miracle fasse
que les larmes aussi jaillissent de la pierre.
Sois baptisée d’une eau qui brûle et, jusqu’à l’être
nous à nous-même plus, reste-nous étrangère.

Souvent la neige tombera sur ton moïse.
Sous les patins un chant de glace monte haut.
Mais dors à poings fermés, et la terre est soumise.
De la mer Rouge alors se retirent les eaux.

Ingeborg Bachmann, Poèmes, Traduit de l’allemand par François-René Daillie, Actes Sud, 1989, p 154

*

Pour comparaison, voici la traduction de ce même poème par Françoise Rétif, laquelle a constitué un dossier précieux sur le site Poezibao.

MYRIAM1

Où as-tu pris ta sombre chevelure,
le nom si doux au son d’amande mûre ?
Ce n’est pas ta jeunesse, cet éclat de levant
ton pays est levant, depuis plus de mille ans.

Promets-nous Jéricho, au psautier donne vie,
que de ta main coule la source du Jourdain,
fais que les meurtriers soient pétrifiés soudain
et un instant aussi ta seconde patrie !

Effleure les poitrines de pierre et produis le miracle,
que les larmes enfin submergent aussi la pierre.
Et fais-toi baptiser avec l’eau brûlante.
Ne nous reste étrangère que le temps d’être plus étrangers à nous-mêmes.

Une neige tombera souvent sur ton berceau.
Sous les patins ce sera son de glace.
Mais dors à poings fermés, et le monde est dompté.
De la Mer rouge se retirent les eaux !

Ingeborg Bachmann, Traduit par Françoise Rétif, Dossier Poezibao, Mars 2010, p 22

1 Note de F.R : Publié dans le numéro XIX de Botteghe Oscure, p. 448. Repris dans Werke I, p. 155. Lu également à la radio de Stuttgart.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.