Étoiles de mars

Loin sont encore les semailles. Entrée
de glacis sous la pluie et d’étoiles en mars.
Aux formules de pensées infertiles
se soumet l’univers à l’exemple de la
lumière, qui ne touche pas à la neige.

Sous la neige il y aura aussi de la poussière
et ce qui ne s’est pas pulvérisé mais qui plus tard
nourrira la poussière. Oh le vent qui se lève !
A nouveau les charrues éventrent l’ombre.
Les jours vont devenir plus longs.

Aux longs jours on nous sème, sans que nous l’ayons
demandé, dans ces lignes courbes et droites,
et les étoiles font leur entrée. Dans les champs,
nous prospérons ou nous périssons au hasard,
dociles à la pluie et pour finir aussi à la lumière.

Ingeborg Bachmann, Poèmes, Traduits de l’allemand par François-René Daillie, Actes Sud, 1989, p 35.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.