Ilhan Berk | Un brin de basilic, le soir

 

 

Un brin de basilic, le soir

 

 

« Quelqu’un m’a cherché ?
Qui cela peut-il être ? », a t-il dit
en voyant le brin de basilic sur la porte.
Il l’a ouverte, elle était attachée par une ficelle.
Il a regardé. Il était tombé trois autres feuilles
de la vigne vierge. Trois feuilles sèches.
Il a vu les grenades éclatées, comme pour la première fois.
Il a posé les oignons et le sel à la cuisine
Il a dit : « Le soir tombe » en entrant dans la chambre.
Il s’est changé, il a mis du pétrole dans la lampe.
Il a mis du bois dans la cheminée, il l’a allumée. Des voix
venaient de chez le voisin. Faisaient-ils griller du poisson ?
Puis il s’est assis, le soir entre les mains
et ce brin de basilic.

 

Ilhan Berk, Histoire secrète de la poésie, Traduit du turc par Ahmet Sel et Christian F. Estèbe, édition bilingue, Arfuyen, 1991, p 21

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.