Allain Leprest | Il pleut sur la mer


**

*

IL PLEUT

Averse averse averse averse averse averse
Pluie ô pluie ô pluie ô ! ô pluie ô pluie ô pluie !
gouttes d’eau gouttes d’eau gouttes d’eau gouttes d’eau
parapluie, ô parapluie ô paraverse ô !
paragouttes d’eau paragouttes d’eau de pluie
capuchons pèlerines et imperméables
que la pluie est humide et que l’eau mouille et mouille !
mouille l’eau mouille l’eau mouille l’eau
mouille l’eau et que c’est agréable agréable agréable
d’avoir les pieds mouillés et les cheveux humides
tout humides d’averse et de pluie et de gouttes
d’eau de pluie et d’averse et sans un paragoutte
pour protéger les pieds et les cheveux mouillés
qui ne vont plus friser qui ne vont plus friser
à cause de l’averse à cause de la pluie
à cause de l’averse et des gouttes de pluie
des gouttes d’eau de pluie et des gouttes d’averse
cheveux désarçonnés cheveux sans parapluie

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, in Si tu t’imagines, N.R.F.,
Le Point du Jour, 1956.

*

La fécondité

La terre est toute creusée dedans, et pleine de veines et de cavernes par lesquelles les eaux, sortant de la mer, vont et viennent parmi la terre, et sourdent dedans et dehors, selon que les veines les mènent çà ou là, comme le sang de l’homme qui s’épand par ses veines, au point d’irriguer tout le corps en amont et en aval.

Brunetto LATINI, Le Trésor, in Trésor de la Poésie populaire, Seghers, 1986.
(poète florentin, 1212-1294)

*
CHANSONS DU DJOLIBA

Coule donc Djoliba, vénérable Niger, passe ton chemin et poursuis à travers le monde noir ta généreuse mission. Tant que tes flots limpides rouleront dans ce pays, les greniers ne seront jamais vides, et chaque soir, les chants fébriles s’élèveront au-dessus des villages pour égayer le peuple malinké. Tant que tu vivras et feras vivre nos vastes rizières, tant que tu fertiliseras nos champs et feras fleurir nos plaines, nos Anciens couchés sous I’arbre à palabres te béniront toujours.
Coule et va plus loin que toi-même à travers le monde entier étancher la soif des inassouvis, rassasier les insatiables et dicter, sans mot dire comme d’habitude, à l’Humanité, que le bienfait désintéressé est le seul qui vaille, le seul qui, absolument, signifie.

Fodeba KEITA in Anthologie africaine et malgache, Seghers
(poète guinéen, né en 1921)

**

*

Allain Leprest
Allain Leprest

Il pleut sur la mer
Auteur, interprète : Allain Leprest
Jean-Louis Beydon au piano
Pascal Le Pennec à l’accordéon
Olivier Moret à la contrebasse

**

*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.