La Green Box | Victor Hugo chanté par Florent Vintrigner

 

Ce disque de douze poèmes est mis en musique par Florent Vintrigner, chanteur de la Rue Kétanou. Il en est le maître d’œuvre complet : compositeur, arrangeur et interprète. Il joue du banjo, de la guitare, de l’harmonica et de l’accordéon. « Défense de déposer de la musique le long de mes vers », injonction apocryphe dit-on. Quoi qu’il en soit de l’authenticité de cette citation, voici une belle réussite qui la délégitime !   La démarche poétique n’a-t-elle aussi pour vocation de raviver les registres classiques ? Cette adaptabilité  n’est-elle d’ailleurs le signe assez sûr que l’on se trouve en présence d’une œuvre littéraire forte, capable de transcender son temps ? Tous les textes ne portent pas en eux cette possibilité d’une réception, toujours renouvelée par les époques qu’ils traversent. Voici en somme douze chansons enrichies d’un écho infiniment contemporain, jusqu’à offrir à la poésie hugolienne la nouvelle naissance qu’elle mérite.

Sylvie-E. Saliceti

 

 

 

 

Auteur : Victor Hugo
Compositeur / interprète : Florent Vintrigner
Chant, Banjo, Guitares, Harmonica : Florent Vintrigner
Arrangements, Programmations, Batteries, Basses, Claviers, Clarinette, Guitares, Choeurs : Benoît Laur
Arrangements, Réalisation, Enregistrement, Mixage : Arnaud Viala

 

 

 
Jeune fille
 

 

Jeune fille, l’amour, c’est d’abord un miroir
Où la femme coquette et belle aime à se voir
Et, gaie ou rêveuse, se penche
Puis, comme la vertu, quand il a votre cœur
Il en chasse le mal et le vice moqueur
Et vous fait l’âme pure et blanche
Puis on descend un peu, le pied vous glisse
Alors C’est un abîme ! en vain la main s’attache aux bords
On s’en va dans l’eau qui tournoie
L’amour est charmant, pur, et mortel
N’y crois pas
Tel l’enfant, par un fleuve attiré pas à pas
S’y mire, s’y lave et s’y noie.
 

 

Victor Hugo

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.