**

*

 
Chanson de l’oranger mort

Bûcheron.
Coupe-moi de mon ombre.
Libère-moi du supplice
de me voir sans oranges.

Pourquoi suis-je né parmi des miroirs?
Le jour m’inverse, me retourne.
Et la nuit me reproduit
dans toutes ses étoiles.

Je veux vivre sans me voir.
Et fourmis et aigrettes,
je rêverai que ce sont
mes feuilles et mes oiseaux.

Bûcheron.
Coupe-moi de mon ombre.
Libère-moi du supplice
de me voir sans oranges.

Federico Garcia Lorca, Grenier d’étoiles, [Chanson de l’oranger mort], Traduit de l’espagnol par Danièle Faugeras, Col. Po&psy, Editions Erès, 2012

*

**

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.