Eugénio de Andrade (Portugal 1923-2005)| Chanter

 

 

 

 

 

 Ce clavecin bien tempéré de vos poèmes …

Marguerite Yourcenar s’adressant à E. de Andrade

 

 

Chanter

Le corps brûle dans l’ombre,
cherche sa source.

Je sais maintenant
où commence la tendresse :
je reconnais
l’arbuste du feu.

J’ai connu le désert
de la chaux.

La racine du lin
a été mon aliment,
a été mon tourment.

Mais alors je chantais.

De même que la nuit remonte aux sources,
moi-même je reviens vers les eaux.

 

Eugénio de Andrade, À l’approche des eaux, Traduction de Michel de Chandeigne, La Différence, 2000, p. 47.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.