Dimitris Tsaloumas | Chanson d’hiver

 

L’hiver fut long à venir cette année
mais maintenant il est là, pour de bon.

Il s’est installé dans le salon et se balance
tel un talmudiste dans son fauteuil

jambes enveloppées dans une couverture, l’air sévère.
Quand sa barbe raidit avec le froid

il s’endort. C’est dur de
passer la journée sans un mot de sa part.

Quand les nuages se disloquent, le soleil
passe sa langue sous la porte

et l’étale d’un bon yard sur le plancher :
pendant un moment, des lueurs de neige scintillent

jusqu’au fond de la pièce. C’est alors
que le cri monte au cerveau.

Quand le ciel est livide, la neige se met
à tomber doucement sur le tapis, comme des gestes

rapportant les mots de ces jours de
conversation.
(…)

Dimitris Tsaloumas, Un chant du soir, Traduit de l’anglais (Australie) par Pascal Laurent et présenté par Helen Nickas, Orphée La Différence, Collection dirigée par Claude Michel Cluny, 2014, pp.19.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.