Couteau de lumière 2015

Où l’on se baigne dans le poème de la mer

presque bleus le vent et le delta Presque bleus les animaux muets au bord du fleuve – l’eau flamboyante la morte la corrompue Les cerfs ont asséché le puits de parole Les hommes patientent aux fresques du silence Presque bleue la goutte dense de leur sang et nos voix fertiles Presques bleues les choses promises à nos yeux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.