Aller au contenu

[Comme une barque sur le rivage] Antonio Machado

 

         George Braque – Barques -1909

 

Il faut savoir attendre,
attends le flux de la marée,
— comme une barque sur le rivage —,
sans que le départ t’inquiète.
Quiconque attend
sait que la victoire est à lui ;
car la vie est longue et l’art est un jouet.
Et si la vie est courte
et si la mer n’arrive à ta galère
attends sans partir et espère toujours,
car l’art est long et, d’ailleurs,
c’est sans importance.

Antonio Machado, Champs de Castille, précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi de Poésies de la guerre, Traduit de l’espagnol par Sylvie Sesé-Léger et Bernard Sesé. Préface de Claude Esteban, Collection Poésie/Gallimard (n° 144), Éditions Gallimard, 1981, p.214.

 

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.