L’avant-dernier matin de sa vie, G., dans le jardin de son frère, dit en s’étonnant : « Je n’ai jamais été aussi heureuse.» À ces mots, sa mort se mit en route. Chaque jour peut être le dernier : il n’en est donc aucun d’insignifiant.

Cette vie n’est qu’un bruit de pas qui s’approche de la fenêtre endormie de l’âme.

Suivant les caravanes des phrases qui transportent les nourritures immatérielles, il avait traversé tous les livres. Puis il était sorti des chemins assurés. Ôtant les sandales du savoir il s’était enfoncé pieds nus dans le désert des cœurs. Ses yeux plissés scrutaient l’hébreu des apparences, cherchaient le vivant.

Christian Bobin, Une bibliothèque de nuages, Lettres Vives, 2006, pp. 31 à 33.

Caravan
Auteur : Irving Mills
Compositeurs : Duke Ellington, Juan Tizol et Irving Mills
Interprète : Ella Fitzgerald

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.