Archives de catégorie : I Campagnoli

Marie Ferranti | Les maîtres de chant

 

 

Le jour des obsèques du père qui était mort brutalement, ce qui aggrava, si c’était possible, la douleur du fils, les amis étaient venus nombreux. La foule se pressait. Le père Petrotti officiait. Devant le cercueil, il dit : « Qui étiez-vous, monsieur Calvelli, pour réunir tant de monde ? » Paroles d’une grande profondeur, car on ne connaît jamais les êtres, même ceux qui nous semblent les plus proches et les moins mystérieux.

On chanta la messe des morts. Les plus belles voix de Corse étaient réunies avec notamment les chanteurs des Chjami Aghjalesi et ceux de Barbara furtuna auxquels s’était joint Ange Orati, d’I Campagnoli.
Guidu se trouvait sur le banc de la famille endeuillée. Il ne s’explique pas encore quelle force le poussa à se lever, à rejoindre les chanteurs et à entonner le second couplet du Dio vi salvi regina devant la dépouille de son père. Jean-Guy, vieux compagnon de Guidu et membre des Campagnoli, le suivit. Ils se retrouvèrent ensemble dans cet ultime hommage au père défunt. À la fin de chacun de leur concert, I Campagnoli descendent dans la nef et se mettent en cercle, se tenant par la taille, ils chantent le Dio vi salvi regina au milieu du public. Pour moi, c’est ce qui demeure encore de cette émotion partagée dans la douleur du deuil, le jour des funérailles du père de Guidu.
C’est aussi le signe d’une amitié féconde.

Marie Ferranti, Les maîtres de chant, Récit, Éditions Gallimard, 2014, E.208/217.

 

Dio Vi Salvi Regina : Traditionnel
I Campagnoli
Album : Versi di Vita – 2002