Archives de catégorie : TEXTE EN LIEN AVEC UNE MUSIQUE DU MONDE

Texte sacré maori | Genèse

 

 

 

 

GENÈSE III

1

De la conception l’accroissement.
De l’accroissement l’excroissance.
De l’excroissance la pensée.
De la pensée la souvenance.
De la souvenance le désir.

2

Le mot devint fertile.
Il résidait dans la lueur exsangue.
Il engendra la nuit :
La grande nuit, la longue nuit
La nuit la plus basse et la nuit la plus haute
La nuit dense qu’on éprouve
La nuit qu’il faut toucher, la nuit qu’on ne voit pas
La nuit qui se poursuit
S’achevant dans la mort.

3

Du néant l’engendrement :
Du néant l’accroissement :
Du néant l’abondance :
Le pouvoir d’accroissement, le souffle vivant
Il résidait dans l’espace vacant
Il produisit le firmament qui s’étend au-dessus de nous.

4

L’atmosphère qui flotte au-dessus de la terre.
Le grand firmament au dessus, l’espace déplié résidait avec la première aube.
Puis la lune jaillit.
L’atmosphère au dessus résidait avec le ciel scintillant.
Puis le soleil jaillit.
Ils furent jetés en l’air comme les grands yeux du ciel.
Puis le ciel devint lumineux.
L’aube pointa, le jour pointa.
Midi. Le feu du jour tombant du ciel.

[Peuple maori,  Nouvelle-Zélande]

 

Jerome Rothenberg, Les Techniciens du sacré, Anthologie, Version française établie par Yves di Manno, Éditions José Corti, 2007, pp. 50/51.

 

Haka, chant Maori

 

 

 

Xavier Grall | Solo

 

 

 

 

 

Oeuvre poétique Xavier Grall - Rougerie éditions 2011

 

 

 

 

Solo

Seigneur me voici c’est moi
Je viens de petite Bretagne
Mon havresac est lourd de rimes
De chagrins et de larmes
J’ai marché
Jusqu’à votre grand pays
Ce fut ma foi un long voyage
Trouvère
J’ai marché par les villes
Et les bourgades
François Villon
Dormait dans une auberge
À Montfaucon
Dans les Ardennes des corbeaux
Et des hêtres
Rimbaud interpellait les écluses
Les canaux et les fleuves
Verlaine pleurait comme une veuve
Dans un bistrot de Lorraine
Seigneur me voici c’est moi
De Bretagne suis
Ma maison est à Botzulan
Mes enfants mon épouse y résident
Mon chien mes deux cyprès
Y ont demeurance
M’accorderez-vous leur recouvrance ?
Seigneur mettez vos doigts
Dans mes poumons pourris
J’ai froid je suis exténué
Ô mon corps blanc tout ex-voté
J’ai marché
Les grands chemins chantaient dans les chapelles
Les saints dansaient dans les prairies
Parmi les chênes erraient les calvaires
Ô les pardons populaires Ô ma patrie
J’ai marché
J’ai marché sur des terres bleues
Et pèlerines
J’ai croisé les albatros
et les grives (…)

Xavier Grall, Oeuvre poétique, Solo, présentée par Mireille Guillemot, Yvon Le Men, Jan Dau Melhau, Photographies de Gabriel Quéré, Rougerie , 2011, p. 133.

 

 

 

didier squiban molène

Ar Baradoz
Didier Squiban

Tahar Bekri et Dhafer Youssef | Désert au crépuscule

 

 

 

Chanson vibrante

XXX

Revenant à toi sans cesse
Mais suis-je jamais parti
Les bras chargés de paniers d’osier
Je t’emportais chanson vibrante
L’opulence réduite et tourbeuse
Cela suffisait pour partager l’embellie
Jus de palmier suave pêches et dattes à l’envi
Cette aire pour libérer la poussière
De sa léthargie cours criais-tu à l’animal
L’herbe se mérite l’orge récompense
L’effort et le poids du jour
Sans rechigner aux obstacles
Leurs leurres toujours dressés et renversés

 

Tahar Bekri, Désert au crépuscule, Al Manar / Poésie, 2018, XXX.

Dhafer Youssef
Wind and Shadows
(Live)

 

Véhanoush Tékian | Car je n’y suis pas

 

 

 

Car je n’y suis pas

Mon pays est triste
Car je n’y suis pas.

Je me souviens de petites maisons,
De figuiers sans feuilles,
De perdrix ne volant pas,
D’écuries aux portes closes
Et de bœufs à la voix éteinte,
De monts aux larges flancs,
De bâtons de bergers abandonnés
Et de vents violents
Autour de fûts encore pleins …,
De timbales rouillées pendues aux murs,
De parchemins , du Narek et d’armes

enfouies sous terre.

Dans mes cahiers
d’école maternelle
il y a toujours aussi une maison
avec des volutes de fumée.

Entre les frontières intracées de mon pays
Je vois, à terre, des couronnes
Que nul monarque arménien n’a pu
adapter à son crâne.

Véhanoush Tékian, Avis de recherche, Une anthologie de la poésie arménienne contemporaine, Poèmes choisis et traduits par Olivia Alloyan, Stéphane Juranics,Krikor Beledian,Nounée Abrahamian, Avec la collaboration de Alice Keghelian, Nadia Basmadjian, Marie Gostanian, Éditions Parenthèses, 2006, p.85.

Menk kadj tohmi
Hespèrion XXI
Jordi Savall Armenian Spirit (Esprit d’Arménie)
Auteur : Traditionnel