Archives de catégorie : Smedt (Marc de)

Marc de Smedt | La légende de Talhuic


 

**

*

Il lui fallait sortir de là, découvrir une issue à cet hallucinant labyrinthe. Mais par quel moyen ?

A la fin d’une longue courbe, Talhuic devina soudain une sorte d’île ; et un peu plus loin …Rien.
A nouveau la nuit totale.
Suivie d’un grondement affreux.
Il comprit en un éclair que l’eau se précipitait plus bas, toujours plus bas, dans un précipice vertigineux, en une horrible chute.

Il n’y avait plus à hésiter. Se levant, il rassembla ses forces, et, quand l’embarcation passa à proximité de l’îlot, il bondit. Pantelant, étourdi par le choc, ses mains encore agrippées au sol, il vit la pirogue disparaître, absorbée par la nuit, happée par l’abîme.

Il fit quelques pas ; ses jambes tremblaient un peu, se réhabituaient au contact de l’élément solide, enfin stable.
Jadis une partie de la voûte avait dû s’écrouler, former ce monticule d’éboulis, cet ultime refuge. Ce tombeau plutôt. Car, dans une cavité constituée sous les blocs de débris, il découvrit des ossements, des crânes. Pitoyables restes de ceux qui l’avaient précédé dans la quête et qui gisaient dans cette triste demeure funéraire, lamentables restes qui, veillés par les pierres compactes, redevenaient poussière.

Marc de Smedt, La légende de Talhuic, Albin Michel, 2001, pp.19 et 20.

**

*