Archives de catégorie : Quignard (Pascal)

Voix de Pascal Quignard | Les désarçonnés

 

 

 

Tout mythe explique une situation actuelle par le renversement d’une situation antérieure.
Tout à coup quelque chose désarçonne l’âme dans le corps.
Tout à coup un amour renverse le cours de notre vie.
Tout à coup une mort imprévue fait basculer l’ordre du monde et surtout celui du passé car le temps est continûment neuf. Le temps est de plus en plus neuf. Il afflue sans cesse directement de l’origine. Il faut retraverser la détresse originaire autant de fois qu’on veut revivre.

*

**

 

Otium et libertas, telles étaient leurs valeurs.

Voilà pour moi le rêve : une compagnie de solitaires.

La seule chose, à quoi je confie mes heures, qui est certaine, c’est que la lecture, dans le monde, la réalise à chaque fois qu’un livre s’entrouve.

Pascal Quignard, Les Désarçonnés, Dernier Royaume VII, Chapitre LXXIII, Grasset, 2012, Ed. num. non pag.

Pascal Quignard évoquant Les désarçonnés

 

 

Rémy Oudghiri | Petit éloge de la fuite hors du monde

 

 

 

Dans un lieu isolé, il est une activité que prise particulièrement Pascal Quignard, c’est la lecture. Loin de tout, il a le temps de s’abîmer dans les livres. Lire, c’est une autre façon de se retirer du monde. Pour lire, on doit s’éloigner de sa famille, de ses amis, du groupe social auquel on appartient, de notre époque. Les livres sont contraires aux «moeurs collectives» écrit Quignard. À travers eux, on se glisse hors du temps. On s’évade. L’auteur de Vie secrète ne cesse d’écrire. Lire est une attente qui ne cherche pas à aboutir : une errance. La lecture est une dérive. Elle «redéboîte le puzzle» note-t-il. Se perdre dans la lecture, c’est se mettre à nu, se réinventer, jaillir à nouveau comme au premier jour. C’est, en tout cas, s’en donner la possibilité. Il peut paraître surprenant d’envisager la lecture, et en particulier la lecture régulière, dévorante, insatiable, comme un moyen de se déshabiller. Comment ces milliers de signes pourraient-ils produire autre chose qu’un trop-plein ? Comment n’entraîneraient-ils pas, dans leur prolifération, une indigestion ?
C’est que la lecture est un apprentissage infini. En lisant, on apprend plus qu’on ne connaît. Et dans cet apprentissage réside la vraie joie du lecteur. Le lecteur n’est pas un savant – être savant, c’est encore jouer un rôle. Le lecteur n’accumule pas, ne capitalise pas, ne cherche pas à optimiser son savoir, il se contente d’errer dans la dispersion infinie des ouvrages. Là où la majorité des gens n’envisage les études que comme une préparation à la vie sérieuse, Pascal Quignard y entrevoit la condition de la vraie vie. Lui n’a jamais cessé d’étudier. En un sens, il n’a jamais quitté les bancs de l’école ou de l’université : éternel étudiant qui préfère apprendre plutôt que connaître. Car on ne connait jamais vraiment. On ne peut que déambuler, libre et heureux, dans l’univers foisonnant du savoir.

Rémy Oudghiri, Petit éloge de la fuite hors du monde, Éditions Arléa, 2017, p.161/162.

Pascal Quignard | La barque silencieuse

 

 

La barque silencieuse

J’aurai passé ma vie à chercher des mots qui me faisaient défaut. Qu’est-ce qu’un littéraire? Celui pour qui les mots défaillent, bondissent, fuient, perdent sens. Ils tremblent toujours un peu sous la forme étrange qu’ils finissent pourtant par habiter. Ils ne disent ni ne cachent : ils font signe sans repos. Un jour que je cherchais dans le dictionnaire Bloch et Wartburg l’origine du mot de corbillard je découvris un coche d’eau qui transportait des nourrissons. Je me rendis le lendemain à la Bibliothèque nationale qui se trouvait alors rue de Richelieu, dans le IIe arrondissement de Paris, dans l’ancien palais qu’occupait jadis le cardinal Mazarin. Je consultai une histoire des ports. Je notai trois dates : 1595, 1679, 1690. En 1595 les corbeillats arrivaient à Paris le mardi et le vendredi. Les mariniers les délestaient tout d’abord du fret puis ils débarquaient les nourrissons serrés dans leur maillot, fichés tout droits dans leur logette sur le pont ; ils les posaient sur des tonneaux sur la grève ; les petits bébés entravés étaient restitués ensuite un à un à leur mère par un homme qu’on appelait le meneur de nourrissons. Dès l’aube, le lendemain – c’est-à-dire tous les mercredis et les samedis – les corbeillats transportaient de Paris à Corbeil d’autres petits afin qu’ils tètent le sein et sucent le lait des nourrices dans la campagne et la forêt. En 1679 Richelet écrivait corbeillard. En 1690 Furetière écrivait corbillard et le définissait : Coche d’eau qui mène à Corbeil petite ville à 7 lieuës de Paris. C’est ainsi que le corbillard, du temps où vivaient à Paris Malherbe, Racine, Esprit, La Rochefoucauld, La Fayette, La Bruyère, Sainte-Colombe, Saint-Simon, était un bateau de nourrissons qui voguait sur la Seine, longeant les berges, hurlant.

Pascal Quignard, La barque silencieuse, Dernier royaume VI, Gallimard, 2011, p. 9-10.

 

 

Pascal Quignard | La leçon de musique


**

*

La leçon de musique

Pourquoi les femmes ont-elles si peu composé de musique ? Les femmes naissent et meurent dans un soprano qui paraît indestructible. Leur voix est un règne. Les hommes perdent leur voix d’enfant. À treize ans, ils s’enrouent, chevrotent, bêlent. Les hommes sont ces êtres dont la voix casse – des espèces de chants à deux voix. On peut les définir, à partir de la puberté : humains qu’une voix a quittés comme une mue. En eux l’enfance, le non-langage, le chant des émotions premières, c’est la robe d’un serpent.
Alors ou bien les hommes, comme ils tranchent les bourses testiculaires, tranchent la mue. C’est la voix à jamais infantile. Ce sont les castrats. Ou bien les hommes composent avec la voix perdue. On les appelle les compositeurs. Ils recomposent autant qu’ils le peuvent un territoire sonore qui ne mue pas, immuable. Ou encore ils suppléent à l’aide d’instruments les défaillances et l’abandon ou l’aggravement de leur voix les a plongés. Ils regagnent de la sorte les registres aigus, à la fois puérils et maternels, de l’émotion naissante, de la patrie sonore. Ils s’en font virtuoses.

Pascal Quignard, La leçon de musique, Folio Gallimard, 2012.

*

**