Archives de catégorie : Katz (Nathan)

Nathan Katz | Les étoiles bavardes

 

 

 

Les étoiles bavardes

Et les étoiles regardaient dans ta chambre
À travers les vitres.
C’est pour cela qu’elles se tiennent si tranquilles
Entre elles dans le ciel.
C’est pour cela qu’aujourd’hui elles luisent comme du feu.

Comme elles ont brillé, parlé entre elles
Quand elles t’ont vue si belle entre tes draps !

Comment peut-on être aussi bavard ?
Moi, je t’aurais regardée, je me serais réjoui — je me serais tu.

 

Nathan Katz, Oeuvre poétique, Traduit de l’alémanique par Guillevic, Présentation par Yolande Siebert, Édition bilingue, Traduction par Théophane Bruchlen, Jean-Paul de Dadelsen, Guillevic, Alfred Kern, Jean-Paul Klée, Gérard Pfister, Yolande Siebert et Claude Vigée, Éditions Arfuyen, 2001, p.99.