Archives de catégorie : Giroux ( Roger)

L’arbre le temps | Roger Giroux ( Extraits)

 


**

*

J’étais l’objet d’une question qui ne m’appartenait pas. Elle était là, ne se posait, m’appelait par mon nom, doucement, pour ne pas m’apeurer. Mais le bruit de sa voix, je n’avais rien pour en garder la trace. Aussi je la nommais absence, et j’imaginais que ma bouche ( ou mes mains ) allait saigner. Mes mains demeuraient nettes. Ma bouche était un caillou rond sur une dune de sable fin : pas un vent, mais l’odeur de la mer qui se mêlait aux pins.

Je voulais alors décrire un paysage : cela me hantait. Et je hantais ce paysage où se tenait un arbre. L’arbre tendait aveuglément ses bras à posséder le paysage, et j’occupais précisément cette portion d’espace où l’arbre allait émettre sa parole sur le paysage.
Ce qui montait du coeur de l’arbre, je ne savais le dire ( …)

*

Il est un point dans l’âme, un lieu sans étendue d’où le silence et la parole confondus descendent sur l’esprit, et l’inondent, et le noient : c’est le moment où s’ouvre l’oeil qui est au centre de la Voix.

Roger Giroux, L’arbre le temps, Éric Pesty Éditeur, 2016, pp. 9/10/23.

*

**