Alejandra Pizarnik | Arbre de Diane

 

 

Arbre de Diane

9.

Ces os qui brillent dans la nuit,
ces mots comme des pierres précieuses
dans la gorge vive d’un oiseau pétrifié,
ce vert très aimé,
ce lilas si chaud,
ce coeur qui seul est mystérieux.

Alejandra Pizarnik, Arbre de Diane, Traduction et postface de Jacques Ancet, Préface de Octovio Paz, Ypsilon Éditeur, 2014, p 21.