Angelo Branduardi | Le cerisier

**

*

 

J´étais vieux et sans forces, je l´ai prise avec moi
Et tous les jardiniers comprendront avec moi
Qu´on ne renonce pas quand l´hiver est déjà là

Elle était la plus belle de la terre et des bois
Et entre les cerises, mon cœur battait cent fois
À la dernière des fleurs on ne résiste pas

Mon cerisier fidèle se couvrit de rameaux
Un jour, ma toute belle me réclama ses fruits
« Il me faut quelques cerises car l´enfant viendra bientôt »

Je la voyais sourire, plus belle que jamais
Et je sentais dans mon être que la rage montait
« Demande donc des cerises au père de ton bébé »

Silencieuse et souriante, elle me tourna le dos
Puis marcha vers les arbres comme on se jette à l´eau
C´était ma dernière fleur et l´hiver venait déjà

{x2:}
C´est sa branche maîtresse que l´arbre agenouilla
Ainsi le père avec tendresse, la mère contenta
Ainsi le père avec tendresse, la mère contenta

J´étais vieux et sans forces, pour la prendre avec moi
Et tous les jardiniers comprendront avec moi
Qu´à la dernière fleur on ne renonce pas

 

**

*

Le cerisier
Auteur, interprète : Angelo Branduardi

**

*