André Laude | Et dans le noir du sommeil une guitare de nostalgie

 

Deux lithographies originales de Corneille, signées et datées, numérotées au crayon par l’artiste.

 

j’ai pris le train des émigrants
chacun gardait au creux de la paume
un peu de terre natale
qu’il pétrissait en la mouillant de larmes secrètes

chacun diminuait à mesure
que le pays s’éloignait
dans les yeux des interrogations
dans le cœur une sourde lanterne

j’ai pris le train des émigrants
De beaux enfants bruns et insouciants
riaient comme des jeunes pousses
en demandant des explications

j’ai pris le train des émigrants
Turcs Portugais Arabes
l’odeur de tabac et des corps
Et dans le noir du sommeil une guitare de nostalgie.

André Laude, Vers le matin des cerises, Paris, Éditions de Saint-Germain des Près, 1976.

 


«Et dans le noir du sommeil une guitare de nostalgie»

Ixtapa
Rodrigo & Gabriela
Scène Olympia Théâtre Paris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.