Allain Leprest par Gérard Pierron | Le sculpteur et le cerisier

 


**

*

Petit, voici l´heure des fruits mûrs
Combien sont morts contre ces murs?
Jetez aux chiens les confitures
Qui ont endeuillé leurs chemises

On a crié « Plus rien ne bouge! »
Mais sous les gouttelettes rouges
Un sculpteur a posé sa gouge
Espérant que le vent l´aiguise

Depuis l´automne en mois de mai
Au milieu des noyaux mort-nés
Une vieille douille a germé
Comme un affront à la bêtise

Éclos d´une balle rouillée
Au ciel il fuse un cerisier
Qui dit « Je fus un fusillé
Je témoigne des saisons grises »

Qui dit « Petit, je suis témoin
Prends mes racines de fusain
Et trace de tes propres mains
La promesse de mes cerises

Prends la force que je te tends
Je suis le Clément d´un instant
Je suis le gisant qui attend
Que la sève et l´amour l´irisent

Qu´on redanse autour de mon tronc
Un jour, mes bras refleuriront
Les enfants moqueurs changeront
Mes blessures en gourmandises »

Et le sculpteur en s´endormant
À l´ombre de son monument
Rêve dans un sourire gourmand
Qu´il a barbouillé sa chemise

**

*pierron-plein-chant

Le sculpteur et le cerisier
Auteur : Allain Leprest
Compositeur, interprète : Gérard Pierron
Extrait de l’album «Plein chant»

**

*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.