Alexandra David-Neel | Comme un mirage

 

 

« Regardez cet homme habile, intelligent; délié, il retourne à ses liens, échappé du brasier, il retourne s’y jeter ! » (Dhammapada.)Je ne m’attirerai certainement pas semblable ironie. Je sais le prix de la délivrance, tout incomplète qu’elle soit, à laquelle je suis parvenue et n’y renoncerai pas. Je me souviens d’avoir écrit, dans les environs de Hyères, au bord de la « grande bleue » un opuscule qui a eu quelque succès, puisqu’il a été traduit en trois ou quatre langues et imprimé jusqu’en Argentine. Il s’appelait : « Pour la Vie. »Je ne renie rien de ce que j’ai dit là. C’était l’expression de ma jeunesse, de ma pensée radicalement logique. Non sans raison, ceux qui m’ont fait l’honneur de conférencier sur ma brochure, et ils ont été nombreux, ou de la traduire, y ont vu un guide à l’usage de ceux qui veulent vivre, réellement vivre. Je ne les méprise pas du haut de ma tour d’ivoire. Ceux-là, les acharnés, les passionnés de leur « moi » qui en veulent le complet épanouissement et qui l’obtiennent, sont les recrues nées pour le grand renoncement. Il est bon d’avoir vécu sa vie. C’est la meilleure chose, la seule raisonnable à faire dans la vie. «C’est pour l’amour du « soi » que toutes choses sont chères », dit un vieux sage dans une des Upanishads. Il faut le savoir, percer à jour toutes les illusions, les façades de sacrifice, d’altruisme, d’héroïsme et tutti quanti et comprendre que même le martyre n’aime que lui-même et ne poursuit que sa satisfaction. Quand l’on a, une fois, bien vu cela, que l’on a cessé de se duper soi-même et que l’on a analysé la jouissance retirée de l’épanouissement du moi, quand l’on a disséqué le moi lui-même et qu’on l’a vu reculer insaisissable et, finalement, s’évanouir comme un mirage, alors, l’idée de lutter, d’avoir de l’ambition, d’avoir… quoi que ce soit paraît bien saugrenue.

Pékin, 31 octobre 1917.

Alexandra David-Neel, La Lampe de sagesse, Préface de Jean Chalon, Éditions du Rocher, 2006.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.