Aksinia Mihaylova | Vilnius entre le pont vert et le pont blanc

 

 

 

 

Vilnius entre le pont vert et le pont blanc

 

Qu’est-ce que tu attends, l’étranger,
en jetant une monnaie pour retour
dans les eaux de Neris.
Cette ville est une passion
qu’on ne peut se permettre
qu’une seule fois dans la vie.
Le bateau tangue
tiré par une volée de pigeons sauvages
et tu as peine à comprendre
que l’Europe a plusieurs cœurs
pour chacun des amants
que l’histoire lui attribue.
Comme eux, tu erres dans ses rues pavées,
tu chasses avec ton téléobjectif
des clochers et des soleils d’ambre
dans les vitrines
pour réchauffer tes longues nuits d’hiver
pendant que tu essaies
de dévoiler le songe de Gediminas*
à apaiser tes pensées.
Vilnia est une femme
qui a bouleversé toutes les saisons dans ton âme
et tu ne peux pas comprendre sa chanson.

Il est difficile d’entrer dans un rêve large de six siècles.

Aksinia Mihaylova , Le baiser du temps, Poèmes, NRF/Gallimard, 2019, pp. 67/68.

 

* Gediminias (1275/1341) : Grand-duc de Lituanie depuis 1316. D’après la légende, en se reposant au cours d’une chasse sur une colline au confluent des rivières Neris et Vilnia, il eut une songe contenant le présage de Vilnius, ville qu’il ferait édifier quelques années plus tard.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.