Giuseppe Ungaretti | Chant bédouin


Chant bédouin

Une femme se lève et chante
Et la suit le vent qui l’enchante
Sur la terre l’étend
Le vrai songe la prend.

Cette terre qui est nue
Cette femme qui est grue
Et ce vent qui est si fort
Et ce songe c’est la mort.

1932

Giuseppe Ungaretti, Vie d’un homme, Poésie 1914-1970, Traduit de l’italien par P. Jaccottet, Pierre Jean Jouve, Jean Lescure, A. Pieyre de Mandiargues, Francis Ponge et Armand Robin, Préface de Philippe Jaccottet, Poésie/Éditions de Minuit/ Gallimard, 2005, p. 197.

 

various_artists-peninsule_arabique_vol_1_poesie_ch

Bi yadi el afafi
Chants des bédouins

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.